Soeur Marie-Cécile : 5 mois au Bénin

A la chapelle de LokossaBien chers amis,

 

A la demande des sœurs de Lokossa (117 km de Cotonou), notre supérieure générale, vu que nous étions au Niger par le passé, nous a sollicitées pour renforcer leur communauté privée d’un de ses membres. Je précise à l’occasion que les sœurs de Gramond ont fusionné avec une congrégation dominicaine présente dans dix pays dont le Bénin.

Au cours de notre mission au Niger, nous organisions des sessions communes entre les Dominicaines de l’Afrique de l’Ouest présentes au Bénin, Burkina, Mali, et Niger.. Ainsi, nous étions allées au Bénin, en échange, elles étaient venues à Niamey.. Pas de dépaysement donc ! De plus, dans le processus de la fusion, nous avions été invitées en Espagne, pour vivre une retraite spirituelle et une session  avec les sœurs déléguées des dix pays. Combien fêtes et anniversaires étaient animés par les Béninoises munies de tam-tam, et une espagnole de guitare. Très riches partages spirituels par ailleurs ! Raisons pour lesquelles, je n’ai pas hésité à répondre à leur demande,. malgré le vide provoqué par mon départ, à la communauté, la paroisse, Gramond, etc .Je les remercie tous d’avoir accepté ce sacrifice, pour un service d’Eglise.

J’ai fait plus ample connaissance avec les autres sœurs du Bénin en arrivant à Cotonou, puis à Lokossa et surtout à Parakou lors de la Profession religieuse de la novice : sœur Aurore.

Cérémonie bien animée par une chorale d’enfants, les frères dominicains et S.M.A (Société Missionnaire d’Afrique) Rayonnante de joie, sœur Aurore a prononcé ses vœux temporaires. Vin d’honneur pour tous et repas convivial pour les invités.

La porte du non-retour OuidahLe Bénin est un pays admirable de tolérance à tous points de vue. Le culte ancestral du Vaudou perdure, les sectes s’exhibent, l’Islam se répand. Les catholiques aussi savent se faire entendre. Comme c’est beau de voir arriver des familles entières aux eucharisties dominicales ! Nuit du 31 décembre au 1er janvier, à Parakou.: une heure à l’avance, l’église était surpeuplée. Prière, bilan de l’année 2017, adoration du Saint Sacrement, messe d’action de grâce interrompue à minuit pile par la clameur générale : « BONNE ANNEE ! ».

En Afrique on célèbre la vie, alors qu’ en Europe, nous célébrons plutôt la mort...Ce qui frappe, c’est la joie de vivre, le sourire malgré la dureté de la vie, les aléas des saisons, de la santé, les travaux pénibles. Même les deuils sont célébrés dans la joie. Quel courage ! Nul ne se plaint. « C’est la vie ! »

Les activités lucratives ou non des sœurs sont multiples et variées. A Lokossa, les sœurs ont créé un Jardin d’enfants et un Foyer d’étudiantes. Elles assurent l’alphabétisation des femmes, la catéchèse , enseignent dans des écoles catholiques ou à l’Université…Une sœur de Cotonou fait partie d’une association de protection des jeunes filles qui fuient le mariage forcé. Outre l’eucharistie, les prières liturgiques et les tâches ménagères, la formation permanente, elles prennent un temps de repos et de détente.

A Akassato, elles commercialisent des jus extraits de fruits naturels du pays. L’eau est abondante, le poisson aussi. Quant aux animaux, domestiques ou sauvages, on trouve de tout. Le lait des zébus fournit un très bon fromage. Les Béninois cuisinent à merveille tubercules (manioc, igname, patate douce.), légumes verts, légumineuses, céréales etc.

Le jour de mon départ, j’ai pu visiter avec quelle émotion à Ouidah, les monuments qui commémorent la traite des esclaves ! Autour de l’arbre de l’oubli on les faisait tourner qu’ils perdent leurs repères. La porte du non-retour est édifiée au-dessus de la fosse commune des esclaves morts de maltraitance; la porte du retour pour les derniers survivants qui ont pu revenir. Lors du Jubilé 2000, l’Eglise a édifié un mur en souvenir des premiers Missionnaires arrivés au Bénin. De nos jours, à leur tour, ce sont les Béninois qui viennent évangéliser l’Europe.Rendons grâces à Dieu avec eux pour ce don qui est fait à l’Eglise du Rouergue.

Soeur M-Céline

Les commentaires sont fermés