Journée de la mission à Baraqueville

2017 07 09 Dimanche de la mission à Baraqueville (9)« Allez par toute la terre… »

J’avais 11 ans quand une mission a été prêchée dans notre paroisse par un prêtre et une religieuse, missionnaires. J’étais à bonne école pour la pratique religieuse avec un père converti radicalement à la religion catholique, suite à la guérison obtenue de la Vierge Marie. La prière du chapelet faisait partie de notre quotidien ainsi que le Magnificat et les litanies des Saints et mon père, avec le zèle de st Paul, prêchait à tous ceux qui franchissaient le seuil de notre « case ».

2017 07 09 Dimanche de la mission à Baraqueville (12)***A ma Profession de Foi, veille de ma Confirmation, j’étais déterminée, influencée par la lecture assidue de l’ « Histoire d’une âme » de ste Thérèse de l’Enfant Jésus : je serai religieuse…L’appel à partir en Mission me taraudait. Vingt ans après ma Profession religieuse, la Congrégation m’offre l’occasion de partir en Afrique, plus précisément au Niger en milieu islamisé à 98% avec trois autres sœurs.

*** Rien n’arrête mon élan : ni la misère, ni la chaleur…des conditions de vie difficiles, l’apprentissage d’une nouvelle langue, le paludisme omni présent…en communauté de 4 sœurs. Très bon accueil de l’évêque qui nous a fait venir et des missionnaires de cet immense diocèse! Ici, pas de prosélytisme – condition sine qua non- posée par le gouvernement si l’Eglise veut s’implanter dans ce pays. Ne pas parler de notre Dieu : Père, de Jésus Fils de Dieu. Quelle conversion  pour moi qui rêvais de proclamer la Bonne Nouvelle ! Mais les musulmans vénèrent la Vierge Marie, car « c’est la mère du Prophète Jésus ! »

2017 07 09 Dimanche de la mission à Baraqueville (14)2017 07 09 Dimanche de la mission Baraqueville (7)***Dans le Centre de Promotion Féminine, nous enseignons l’Hygiène alimentaire pour lutter contre la mortalité infantile (taux très élevé), l’habillement des bébés (couture, broderie, tricot) à cause des bronchites fréquentes à la période hivernale, du sable porteur de germes microbiens, les maladies des yeux, des recettes variées. Nous intervenons à l’Ecole-Mission auprès des filles de CM2, futures mamans, dans le domaine de la Puériculture, couture et tricot. La population est bienveillante à notre égard. Les maris de ces dames sont fiers de leurs épouses avec qui ils peuvent discuter d’égale à égal, nous encouragent à l’alphabétisation de celles qui n’ont jamais été scolarisées…Quelle joie pour elle et recevoir un diplôme décerné par notre Centre en fin de formation ! Le but initial pour elles, étaient l’indépendance financière par la vente des objets confectionnés en tissu ou tricot surtout. 13 ans passés avec ce peuple qui prie régulièrement, qui va à la Mosquée tous les vendredis, qui fait le Ramadan, qui célèbre le sacrifice « du mouton », (pour nous d’Abraham)…et qui partageait dans la joie avec nous. Echange à Noël où nous animions une fête profane avec gourmandises pour leurs enfants… Que de beaux souvenirs !

Ils nous respectaient, nous les respections, dans la Paix et le respect de notre Dieu respectif…Quelle tristesse de les quitter, le moment venu ! Nous avons gardé des liens très forts avec quelques-uns et les Missionnaires !

Soeur Marie-Céline

L’album photos de la journée du dimanche de la mission et le chant en Tamoul interprété par le p. Kumar « Fais de moi un instrument de paix »

2017 07 09 Dimanche de la mission à Baraqueville (28)

Les commentaires sont fermés