Journée Mondiale de la Jeunesse 2019 à Panama

TÉMOIGNAGE du 24 /02/ 2019 à l’église de Baraqueville

Photo 10 - Elodie -Pastorale des jeunesBonjour, comme je vous l’avais annoncé, je suis partie au Panama pour les JMJ du 14 au 28 janvier avec 14 autres jeunes du diocèse de rodez et 2 accompagnateurs : le vicaire général P.Daniel Boby et Nathalie qui est bilingue français / espagnol.

Nous avons passé la première semaine à Santo Domingo, lieu-dit de la paroisse SANTA MARIA La Antigua, du diocèse de Chitré. Après cinq heures de bus depuis l’aéroport de panama city où nous avions atterri après 11h de vol, nous avons été accueillis à 2h du matin (heure locale) par le tintement des cloches de l’église, des feux d’artifices, des applaudissements, des chants, des boissons et des encas! Un accueil chaleureux que nous retrouvions à chaque lieu que nous visitions. Cette semaine-là, au milieu des chants festifs de louange, nous avons pu découvrir la culture et les traditions des panaméens. Nous avons ainsi extrait du sucre de canne pour faire du miel ; découvert le yuca, les patacones, nous avons même construit une maison avec une ossature en bambou recouverte de torchis : boue et paille foulés par nos pieds. Nous avons aussi pu découvrir comment sont réalisés les chapeaux panama ainsi que les broderies et les dentelles pour les polleras. La pollera est une tenue traditionnelle folklorique que j’ai eu l’honneur de porter pour représenter la France à la soirée folklorique, après 2 ou 3 heures de préparation surtout pour la coiffure. Ce jeudi soir marquait aussi l’arrivée du dernier groupe accueilli par la paroisse : les jeunes de Corée du sud. Le diocèse de rodez étions la première délégation à arriver à Chitré, nous avons ainsi pu accueillir les jeunes de la république dominicaine, d’Uruguay, de Pologne, de l’île de la réunion et je dois en oublier.

2019 01 14 Départ jeunes des JMJ, Toulouse (Pastorale Aveyron)Tous les jours étaient marqués par la messe dans l’église de Santo Domingo caractérisée par des chants très rythmés, très festifs, en espagnol bien sûr et par l’assemblée qui battaient la mesure. C’est le samedi que nous avons pour la première fois pris conscience du nombre de pèlerins : tout le diocèse de Chitré c’est rassemblé dans un champ pour célébrer la messe. La foule (peut-être 3 mille personnes ? dont 600 français), l’absence d’ombre, les 32°C légèrement rafraîchis par le vent marin et les 3 heures de messe en espagnol nous ont préparés à la deuxième semaine, si différente de la première. Après un court repas, nous avons assisté toute l’après-midi à un véritable défilé à l’image de la fête nationale ou du carnaval : chars, fanfares, tenues traditionnelles se succédaient, paroisse après paroisse.

Nous avons passé la dernière journée de cette semaine en Famille. Et c’est avec un peu de peine que nous les avons quittés le lendemain, ainsi que les volontaires qui nous ont accompagnés et avec qui nous sommes devenus très proche mais aussi les autres délégations que nous avons rencontré. Heureusement nous avons Whatsapp pour continuer à communiquer et nous avons pu leur envoyer des photos des paysages enneigés visibles à notre retour. Je me rappellerai toujours la joie toujours présente tout au long de cette semaine, les portes ouvertes, le partage, l’amour qu’ils nous ont donné dans leur grande générosité, toujours dans la simplicité et finalement la barrière des langues ne nous a vraiment pas dérangé.

Arrivé à panama city, nous avons vu le deuxième visage du Panama : nous avons quitté la campagne modeste pour rencontrer la ville avec ces gratte-ciel et ces immeubles neuf cohabitant hélas avec les taudis et de nombreux déchets et pourtant la ville avait été nettoyé en vue des JMJ.

L’accueil était toujours aussi festif mais peut être avec un peu plus de retenue qu’à la campagne.

Tous les français se sont retrouvés à la basilique Don Bosco le lendemain de notre arrivée : le mardi, pour échanger sur ce que nous avions vécu la première semaine. Un temps de silence en Christ nous a fait du bien. Le soir nous étions 170 000 pèlerins à la messe d’ouverture. La semaine s’est ensuite déroulé, avec chaque jour des catéchèses en français, des conférences en différentes langues dont deux étaient en français, et le festival de la jeunesse avec des animations, concerts, parc du pardon, forum des vocations. Il a fallu choisir, il était impossible de tout faire et les familles chez qui nous logions voulait aussi nous faire faire un peu de tourisme.

Ce n’est que le jeudi que nous avons pu accueillir le Pape avec cette phrase crié par tous : “Esta es la Juventud del Papa” (Nous sommes la jeunesse du Pape) complété par lui par “vous êtes la Jeunesse du Christ.” J’ai pu le voir en tout 8 fois passer devant moi sur sa Papamobile. Mais plus que ses passages furtif (vous verrez les vidéos) où je l’ai vu “en vrai”. Ce sont ses paroles que j’aimerais retenir :

Le Pape François a noté les efforts que nous avions fait pour pouvoir participer à ces journées mondiales de la jeunesse : “le disciple n’est pas seulement celui qui arrive en un lieu mais celui qui commence avec décision, celui qui n’a pas peur de risquer et de se mettre en marche. Nous venons de cultures et de peuples différents, nous parlons des langues différentes [..] Que de choses peuvent nous différencier ! Mais rien de cela ne nous a empêché de nous rencontrer et de nous sentir heureux d’être ensemble.” Cela a été possible parce que nous savions que quelque chose nous unissait, que quelqu’un nous rapprochait. Le Pape a dit qu’ainsi nous devenions “de véritables maîtres et artisans de la culture de la rencontre.” Car nous avons su refuser cette culture de l’exclusion. “La culture de la rencontre est un appel et une invitation à oser garder vivant un rêve commun […] Ce rêve pour lequel Jésus a donné sa vie sur la croix et que l’Esprit Saint a répandu et a marqué au feu, le jour de la Pentecôte, dans le coeur de tout homme et de toute femme, le tien et le mien, dans l’attente de trouver de la place pour grandir et se développer. Un rêve appelé Jésus, semé par le Père dans la confiance qu’il grandira chaque jour et vivra en chaque coeur. “Comme je vous ai aimé, vous aussi aimez vous les uns les autres. A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres” (Jn, 13, 34-35).

“L’ange a demandé à Marie si elle voulait porter ce rêve dans ses entrailles et le faire vie, le faire Chair. Elle a dit “Voici la Servante du Seigneur que tout m’ advienne selon ta parole” Elle a osé dire OUI. Et c’est la même chose que l’Ange veut nous demander : veux-tu que ce rêve prenne vie ? Est ce que nous osons dire à l’ange comme Marie “voici les Serviteurs du Seigneur qu’il en soit ainsi ?”

Lors de la messe de clôture, le Pape nous a invité, nous les jeunes, à sortir de notre salle d’attente, à aller chercher nos grands-parents, nos aînés, à venir vous chercher et à prendre la parole avec eux, avec vous. A réaliser le rêve que le Seigneur à révé pour nous. Pas demain mais maintenant. “Chers jeunes, vous n’êtes pas l’avenir mais l’heure de Dieu.”

Ce dernier week-end est sans aucun doute le moment le plus fort que nous ayons vécu avec plus de 600 000 personnes de 150 pays présentes dans le champ immense où nous avons veillé et dormi quelques heures. Durant la veillée et cette messe du lendemain en présence du Pape, nous avons porté toutes les intentions que vous nous aviez confiées.

J’aimerais vous dire pour terminer, en mon nom et au nom du groupe du diocèse de rodez, Un grand merci. Un grand merci pour votre confiance car vos intentions étaient nombreuses et pour vos dons qui nous ont permis d’aller au Panama et qui m’ont permis de vivre mes premiers JMJ et une expérience unique. Merci Beaucoup !

Elodie Constans

Les commentaires sont fermés